Écriture du Nouveau Testament. 1-Bart Ehrman

Dans « La construction de Jésus », (2009, éditions H & O), Bart Ehrman procède à une analyse des textes « canoniques » du christianisme (le Nouveau Testament) qui revient à leur contester toute qualité qui justifierait qu’on les prenne plus au sérieux que les textes dits « apocryphes ». Le point de vue de l’historien des religions américain est simplificateur, voire simpliste. Il découle assez logiquement de la thèse dominante, qu’il fait sienne, selon laquelle les évangiles sont le produit de la tradition orale de communautés diverses, en compétition les unes avec les autres. On fait comme si les évangiles avaient été fabriqués grâce à un service de récollection des « gazouillis » de la Palestine du premier siècle de notre ère. Avec des « gazouillis » on produit du cafouillis, pas du texte. Or il est possible de repérer dans le Nouveau Testament une stratégie d’écriture qui ne manquait pas de grandeur, jusque dans ses falsifications.

Ecriture du Nouveau Testament. 1-Bart Ehrman

Ce contenu a été publié dans La fabrique des textes "sacrés". Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.